En tout cas, prenez le temps d’aller dans les restaurants locaux. A Barcelone, dans la droite lignée de la nouvelle génération de chefs espagnols, la mode est à la créativité maîtrisée, loin des essais pétillants mais parfois pétaradants de la cuisine moléculaire.

Accompagnés par mon ami Angel, qui est un guide plus qu’éclairé, nous avons ainsi pu déguster des tapas d’exception, au restaurant Ten’s, un restaurant de tapas gastronomiques au cœur du quartier du Born tenu par le Chef Jordi Cruz, dont le restaurant ABaC avait obtenu deux macarons au Michelin.

Alors ici, pas de rusticité : on est dans l’élégance, mais également dans le produit parfaitement maîtrisé, comme cette assiette de jambon Ibérico Puro de Bellota (si vous voulez en savoir plus sur le jambon espagnol, je vous dirige vers ce post, déjà ancien) accompagnée de pain frotté à la tomate.

jambon

Ou cette étonnante et explosive huitre crue (j’adore le ramequin) au zeste et sphères de citron, glace au concombre (excellente !) et huile d’olive d’Arbequina.

huitre

Citons ce merveilleux riz noir « Venere » au gorgonzola et cigales de mer. Je vais essayer de le refaire, celui là. L’alliance du Gorgonzola avec le riz et les crustacés est bluffante.

riz noir

Ou encore cet œuf basse température (mais à la commande…) au jambon, à la soubressade au paprika, pommes de terre au gouda, et salade de roquette. Explosif.

oeuf

Ces petites pièces de porc Ibérico prises dans la queue du porc, désossées, à la braise, avec un parmentier de pois chiches à la vanille. Délicieux.

porc

Et pour finir (dans les photos), le poulpe en ragoût fumé, au vrai paprika, avec des petites pommes de terre écrasées.

poulpe

Nous avons aussi goûté (les portions sont petites) des « patatas bravas » d’exception, ainsi que pour finir, des fraises rôties avec un crumble, et une glace au balsamique ou encore du chocolat en diverses textures, avec café, cacao, caramel et réglisse. Bon attention, ce n'est pas donné. Comptez environ 10 EUR en moyenne la portion de tapas.

Pour faire passer tout cela, dans un autre petit bar, LA spécialité de Barcelone. Brandy ? Xeres ? Non, non : Gin Tonic, qui est aujourd’hui la coqueluche de l’Espagne. Mais pas n’importe quel gin, pas n’importe quel tonic (lequel est versé dans une cuillère au manche en hélice pour que seules les petites bulles n’arrivent en bas), et parfumé au basilic. Superbe.

gin tonic

Je vous encourage donc à aller faire un tour dans cette belle ville, dynamique, riche et créative. En tout cas, moi, j'y retournerai.