plat1

Puisque c'était samedi dernier le festival "amoureusement soupe" à Paris dont le logo (voir leur page) me fait plutôt penser à un sous-vêtement masculin odorant, comme quoi la cuisine et le marketing ça peut faire deux, bref, et que je ne suis pas un grand fan de soupe au potimarrons, je vous propose ma version sous la forme d'un bouillon léger d'inspiration asiatique. Cela dit, le festival avait l'air sympa, et c'est une excellente idée...

L'idée est de faire un bouillon très parfumé, un peu relevé (le fiston a dit trop relevé, donc je modifie les quantités dans la recette ci-dessous) et qui apporte du réconfort. Et comme ma femme est en vacances avec sa môman en Sicile, j'ai besoin de réconfort.

Pas parce qu'elle n'est pas là, ça je gère, mais parce que du coup, je dors du mauvais côté du lit, l'andouille de chat a fait du bruit, j'ai sursauté en pleine nuit, je suis tombé (si, si) et me suis ouvert le pied sur ma table de lit. Il n'y a pas d'accident intelligent, mais il y en a des très couillons, quand même.

Donc pour le réconfort, il vous faudra (pour 2):

  • 4 noix de coquilles saint jacques fraîches, nettoyées
  • 1 poignée de coques
  • 1 bouquet de coriandre fraîche
  • 1/4 de piment oiseau (j'avais mis 1/2)
  • un petit morceau de gingembre
  • un bâton de citronnelle
  • une dizaine de crevettes grises décortiquées
  • 3 c.s. de sauce soja
  • le jus d'1/2 citron
  • un peu de bouillon (j'utilise ARIAKE, voir ci-dessous)
  • Eventuellement quelques algues séchées.

Pour le bouillon, soit je le fais moi même (pas eu le temps), soit j'utilise du bouillon tout fait. Je suis tombé amoureux des bouillons ARIAKE, qui sont vraiment excellents. Il y en a à la volaille, aux crustacés, au boeuf, aux coquillages. Si vous ne trouvez pas, vous pouvez toujours prendre du bouillon KUB mais ce ne sera pas aussi parfumé. 

 ariake

Pour les algues, vous en trouvez des deshydratées dans toutes les épiceries asiatiques. Par exemple, moi j'ai utilisé celles-ci (ci-dessous). Bon, ce n'est pas obligatoire, et si vous n'en avez pas, ce n'est pas grave.

algues

Commencez par faire dégorger un peu les coques histoire d'enlever le sable. Je les fais tremper dans de l'eau très salée, pendant 15mn, en la changeant 2 fois, puis je rince et j'égoutte.

coques

Puis commencez à faire la base: faites bouillir le bouillon (!) avec le soja, le gingembre coupé en morceaux, la citronnelle (écrasez le baton) et le piment. Laissez réduire, et de temps en temps, rajoutez de l'eau. Ca devra frémir environ 20mn pour vraiment se parfumer. Ne salez pas: le soja est déjà salé (d'ailleurs meilleur il est, moins il est salé : ça donne une indication). Le machin blanc sur la photo, c'est le sachet de mousseline du bouillon Ariaké. Goûtez régulièrement (la cuisine, ça se goûte!) et enlevez le piment si vous trouvez cela trop fort.

bouillondebut

Pendant ce temps, faites ouvrir les coques: à feu vif dans une petite casserole à sec, couverte, pendant 2 minutes. Au bout des 2 minute, ça donne cela:

coquesouvertes

Evidemment, si une coque ne s'est pas ouverte (après avoir remué la casserole), jetez-là. Disposez dans deux bols les coquilles saint-jacques crues coupées en 2 dans l'épaisseur, les crevettes, les coques, et les algues. 

basebouillon

Puis passez le bouillon (petite passette, ou chinois étamine) pour éliminer le piment, les morceaux de gingembre et de citronnelle. Attention, il doit être très chaud! Ajoutez le jus de citron. Versez dans chaque bol. C'est la chaleur du bouillon qui va cuire les coquilles saint-jacques, et c'est pour cela qu'elles sont émincées dans le sens de l'épaisseur. Ajoutez le bouquet de coriandre et servez. Et méditez sur les femmes qui font du tourisme, et les chats qui font des bêtises.

plat2